Hyperhidrose — transpiration excessive

Écrit par : Sandra Eriksson Mirkovic, médecin avec un intérêt particulier pour l’hyperhidrose.

L’hyperhidrose ou transpiration excessive est une maladie qui touche de 1 à 3 % de la population. Elle est aussi fréquente chez les hommes que chez les femmes. Ce phénomène peut se produire, en principe, n’importe où sur le corps. Beaucoup de gens pensent qu’il est seulement possible de transpirer beaucoup, par exemple, des mains ou des aisselles, mais l’hyperhidrose peut aussi bien affecter la tête, les aines, le torse, les pieds ou le corps entier. Parfois, le problème disparaît au fil des ans. Occasionnellement, il empire, au contraire. L’hyperhidrose n’est pas une affection visible par prélèvement sanguin, mais elle entraîne beaucoup de problèmes.

Il arrive qu’il y ait d’autres raisons pour lesquelles une personne transpire beaucoup et les traitements de l’hyperhidrose ne sont pas curatifs, ils diminuent seulement le symptôme de la transpiration. Il est important de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic professionnel et de ne pas se diagnostiquer à la maison.

Le fait que l’hyperhidrose n’est pas prise au sérieux est un problème du système de santé actuel. Il existe également une grande méconnaissance de ce sujet dans le secteur de la santé. Par conséquent, pour obtenir un bon diagnostic et un bon traitement, il est préférable de s’adresser à des cliniques spécialisées dans ce domaine. 

Si une personne souffre d’hyperhidrose, elle peut toujours essayer le chlorure d’aluminium, disponible gratuitement en pharmacie. Si cela ne fonctionne pas, comme c’est souvent le cas avec l’hyperhidrose, la toxine botulique ou « Botox » peut être injectée dans la peau sur les parties du corps où la transpiration est excessive. C’est un traitement efficace, mais qui doit être répété plusieurs fois par an. Des comprimés sont également disponibles sur ordonnance, par exemple Oxybutynin, mais ils ont souvent beaucoup d’effets secondaires. Une nouvelle méthode est disponible dans les cliniques privées en Suède et au Danemark, appelée miraDry. Jusqu’à présent, elle n’a été testée que sur les aisselles, où l’on peut voir que le traitement peut donner des résultats permanents. Cette méthode utilise des micro-ondes qui font « bouillir » les glandes sudoripares, et elles réduisent définitivement leur transpiration de 70 à 85 % après 1 à 2 traitements. Pour les mains et les pieds, il y a des appareils utilisant la méthode d’ionophorèse, un traitement qui peut être effectué chez soi.

Vous voulez connaître les derniers traitements pour l'hyperhidrose?

En cas de transpiration des aisselles, le chlorure d’aluminium vendu en pharmacie peut être essayé. Il y a également des injections de Botox qui sont administrées dans différentes cliniques et qui durent environ 3 à 12 mois. Si une clinique offrant miraDry est à votre portée, cette option vaut la peine d’être essayée. Une chirurgie retirant les glandes sudoripares est également possible, mais elle peut provoquer des cicatrices ainsi qu’un gonflement permanent à l’endroit traité. Ces questions doivent être discutées avec un chirurgien plasticien. Il n’a pas été prouvé que l’ionophorèse fonctionne bien contre la transpiration des aisselles, mais bien contre celle des mains et des pieds.

En cas de transpiration de la tête, du dos, des aines, des fesses, de la poitrine ou de plusieurs grandes zones du corps, il est possible d’essayer le chlorure d’aluminium. Sinon, les comprimés d’Oxybutynin peuvent être combinés avec des injections de Botox. Cela devrait être discuté avec un médecin dans une clinique spécialisée. Même la transpiration des mains et des pieds peut être traitée au Botox, mais il existe peu de cliniques qui font ces traitements et le temps d’attente peut y être très long. Ainsi, l’ionophorèse peut être une bonne alternative.

 

Dix questions courantes sur l’hyperhidrose — transpiration excessive

1. Qui est atteint d’hyperhidrose ?

Réponse : On peut dire qu’il existe deux formes principales d’hyperhidrose, l’une touchant les adolescents et l’autre plus tardive. Les hommes et les femmes en souffrent à peu près dans la même mesure. Lorsque les enfants sont touchés, ce sont généralement aux mains et aux pieds, puis aux aisselles, et éventuellement aux aines et aux fesses à l’adolescence. La transpiration du visage ou de tout le corps survient en vieillissant. Mais il existe également des formes mixtes.

2. L’hyperhidrose peut-elle disparaître ?

Réponse : Oui, l’hyperhidrose peut disparaître avec le temps. L’hyperhidrose peut également se détériorer ou changer avec le temps, par exemple changer de zone sur le corps.

3. Comment l’hyperhidrose est-elle diagnostiquée ?

Réponse : Il n’y a pas de tests sanguins ni de mesures objectives permettant de déterminer qui souffre d’hyperhidrose. L’historique du patient est pris en compte et la constatation visuelle de la transpiration peut renforcer le diagnostic, mais elle n’est pas absolument nécessaire pour le diagnostic de l’hyperhidrose. Différents types de questionnaires comme le HDSS (Hyperhidrosis severity scale) et le DLQI (Dermatology life quality index) sont souvent utilisés.

4. Que puis-je faire pour me débarrasser de mon hyperhidrose ?

Réponse : L’hyperhidrose est une maladie physique, telle que le diabète ou plusieurs autres maladies. Le stress peut évidemment exacerber les symptômes, mais ce n’est pas la raison pour laquelle une personne souffre d’hyperhidrose. Le même constat s’applique à l’obésité. Il est certainement possible de transpirer davantage en cas d’effort intense, mais ce n’est pas la raison première. Beaucoup de personnes obèses transpirent très peu et il y a beaucoup de personnes minces qui souffrent d’hyperhidrose. Avoir une bonne condition physique en général peut faciliter la gestion de l’hyperhidrose, mais ne blâmez jamais une personne souffrant d’hyperhidrose en raison de sa transpiration excessive, que ce soit vous-même ou quelqu’un d’autre.

5. Comment puis-je savoir si j’ai une hyperhidrose ?

Réponse : C’est un diagnostic qui doit être posé par un médecin. Certes, il y a beaucoup à lire à ce sujet sur Internet, sur divers forums, etc., mais la transpiration a d’autres causes possibles que l’hyperhidrose. Il est nécessaire de consulter un médecin pour les examens et les prélèvements nécessaires pour écarter d’autres raisons d’une importante transpiration. Il est important de ne pas passer outre d’autres diagnostics nécessitant un autre traitement.

6. J’ai lu en ligne à propos de l’hyperhidrose et demandé de l’aide à mon centre médical, mais on m’a dit qu’il n’y avait rien à faire. Est-ce exact ?

Réponse : Non, ce n’est pas vrai. C’est regrettable, mais la méconnaissance de l’hyperhidrose est grande, aussi bien dans le public que dans le domaine des soins médicaux, malheureusement. L’hyperhidrose est un diagnostic facilement oublié et, en tant que médecin, je rencontre souvent des collègues médecins qui n’ont pas été informés du diagnostic ou des traitements disponibles. Le fait que la transpiration excessive soit tellement stigmatisée n’améliore pas la situation. Mais il y a de l’espoir à ce sujet. Je remarque que les jeunes collègues sont de plus en plus informés du diagnostic, même s’il reste encore beaucoup de travail d’information à faire.

7. Y a-t-il un remède contre l’hyperhidrose ?

Réponse : La plupart des traitements disponibles aujourd’hui sont des traitements symptomatiques. Ainsi, ils visent à soulager les symptômes et non pas à guérir. MiraDry est une forme de traitement relativement nouvelle qui utilise les micro-ondes. Cette méthode est la plus testée pour le traitement de l’hyperhidrose des aisselles et on pense que c’est une méthode qui peut donner un résultat permanent. Cependant, pour être certain, d’autres suivis sont nécessaires. Dans le passé, les sympathectomies étaient utilisées, c’est-à-dire la coupe des nerfs pour réduire la transpiration ou les rougeurs. Cela donnait un résultat permanent, mais beaucoup ont eu beaucoup de problèmes avec la transpiration compensatoire sur de grandes parties du corps. Nous déconseillons fortement ce type de traitement dans la grande majorité des cas.

8. J’ai entendu dire que du Botox peut être injecté contre l’hyperhidrose, mais c’est une neurotoxine, n’est-ce pas dangereux ?

Réponse : Le Botox, ou toxine botulique, est une méthode éprouvée de traitement de l’hyperhidrose qui existe depuis de nombreuses années. Il a été constaté que le traitement par Botox produit peu d’effets secondaires à court terme, mais qu’il n’existe aucun effet secondaire à long terme ou grave. Lorsqu’utilisé à ces doses, très diluées, le Botox est un médicament très efficace contre les effets secondaires. Il n’y a pas non plus d’indication que le Botox serait cancérigène, ce qui en effraie plusieurs. Le Botox est une substance composée d’un type particulier de bactérie. Notre corps a l’habitude de faire face aux attaques bactériennes avec les substances produites par la bactérie. Le corps a donc un moyen naturel de décomposer le Botox. Donc, je pourrais dire, en plaisantant un peu, que le Botox pourrait être classé comme un remède à base de plantes. Il n’y a donc pas lieu d’avoir peur de recevoir un traitement ou de laisser ses enfants recevoir un traitement au Botox. Tant que l’évaluation est effectuée en consultation avec le médecin et selon les bonnes indications. Pour ceux qui doutent encore, je recommande généralement de lire. Lisez les faits, pas les forums alarmistes sur Internet.

9. L’ionophorèse , ça fonctionne vraiment ? J’ai l’impression qu’il s’agit d’une attrape. Comment ça marche en réalité ?

Réponse : Oui, des études montrent que l’ionophorèse est très efficace pour traiter l’hyperhidrose, en particulier sur les mains, les pieds et les aisselles. Jusqu’à 90 % des patients peuvent avoir un bon effet du traitement, mais cela peut prendre un certain temps pour avoir les bons réglages. On ne sait pas vraiment comment cela fonctionne, mais il est probable que ce soient les ions dans l’eau qui forment un « blocage » mécanique qui empêche la sueur de sortir.

10. Que faites-vous pour diffuser des connaissances sur l’hyperhidrose ? Que puis-je faire ?

Réponse : Il y a notre site Web : www.hidroxa.com où nous écrivons sur l’hyperhidrose et différentes méthodes de traitement. Nous y avons également un blog. Nous essayons de devenir plus actifs sur les médias sociaux tels que Instagram et Facebook. Emmili Yoshiguchi, qui souffre d’hyperhidrose, et moi, Sandra Eriksson Mirkovic, avons un podcast en suédois appelé Svettpodden où nous parlons d’hyperhidrose et de tout ce qui s’y rattache. En tant que personne souffrant d’hyperhidrose ou proche d’une personne atteinte, vous pouvez rejoindre une association de patients atteints d’hyperhidrose. Vous n’avez pas besoin d’être un membre actif, mais plus il y a de membres, plus la voix de l’association est forte. Si vous osez parler de vos problèmes avec votre entourage, cela aide aussi à normaliser le diagnostic. En tant que proche d’une personne affectée par l’hyperhidrose, il est important de ne pas accuser quiconque souffrant d’hyperhidrose d’être responsable de la souffrance avec des commentaires comme « c’est parce que tu stresses trop », « c’est parce que tu es gros », etc.

Ensemble, nous pouvons faire la différence et veiller à ce que toutes les personnes atteintes d’hyperhidrose obtiennent un diagnostic ainsi que les bonnes informations et l’aide nécessaire.

 

Écrit par : Sandra Eriksson Mirkovic, médecin avec un intérêt particulier pour l’hyperhidrose.

Un vidéo avec, Sandra Eriksson Mirkovic, médecin qui informe sur l'hyperhidrose


 Un texte scientifique sur l'hyperhidrose:

Treatment of Palmar Hyperhidrosis with Tap Water Iontophoresis, randomized study